juninho

Entre 2006 et 2009, Novotel était le sponsor principal du maillot de l’Olympique Lyonnais. En raison de ce partenariat avec la chaîne d’hôtels du groupe Accor, le club présidé par Jean-Michel Aulas se rendait uniquement dans des Novotel au cours de ses déplacements.

Ainsi, lorsque l’OL venait défier l’Olympique de Marseille ou l’OGC Nice, l’Hôtel Novotel Aix en Provence Pont de l’Arc Fenouillère devenait pendant quelques jours le lieu de villégiature de toute l’équipe ! Le personnel en garde forcément des souvenirs inoubliables.

Un week-end avec les Lyonnais au Novotel

Si l’Olympique Lyonnais a toujours souffert d’un complexe d’infériorité par rapport au Paris Saint-Germain, à l’Olympique de Marseille et à l’AS Saint-Étienne, force est de constater que les années 2000 furent magiques pour les troupes de Jean-Michel Aulas. Le club a enchaîné sept titres consécutifs en Ligue 1 de 2002 à 2008 et se montrait redoutable sur la scène européenne. Dans le championnat de France, l’OL pouvait d’ailleurs compter sur des décisions arbitrales souvent très favorables, mais ce n’est pas le sujet du jour !

Le partenariat avec Novotel a été tissé au cours de cet âge d’or pour le club. De ce fait, les employés de l’hôtel situé à Aix en Provence ont eu la chance de voir passer les plus grandes stars de l’époque : Grégory « Oh oui Greg il la sort » Coupet, Sidney « Whisky Coca » Govou, Juninho, Sylvain Wiltord, Mickaël Essien, Cris, Mahamadou Diarra ou encore Tiago. Jean-Michel Aulas et l’ensemble du staff tenaient également à accompagner les joueurs et se sont toujours montrés très satisfaits des services de l’hôtel Novotel. Loin de l’image sournoise qu’il renvoyait en Ligue 1 à l’époque, due notamment à ses visites incessantes dans le vestiaire des arbitres à la mi-temps, le président lyonnais faisait toujours preuve d’une grande courtoisie à l’égard du personnel du Novotel.

Jean-Michel Aulas parlait régulièrement avec les employés du Novotel et leur faisait part de ses futurs projets concernant le club. Il avait par exemple affirmé sa volonté de quitter le stade Gerland pour jouer dans un formidable outil connecté. Avec la construction du Groupama Stadium quelques années plus tard, on peut dire que le président avait de la suite dans les idées ! Quant à Gérard Houiller, celui-ci se montrait également affable concernant sa carrière. Après quelques verres, il affirmait haut et fort qu’il aurait gagné la Coupe du Monde à la place d’Aimé Jacquet si David Ginola avait réussi son foutu centre lors de France-Bulgarie en 1993. On n’est pas forcément obligé de le croire. Dernière anecdote pour la route : un jour, Sidney Govou avait été pris en flagrant délit, lui qui subtilisait régulièrement des bouteilles au bar. Il s’agissait décidément d’une époque bénie tant pour l’Olympique Lyonnais que pour l’Hôtel Novotel Pont de l’Arc Fenouillères !